Top 50 Conseils en Citations sur les Esprits populaires et célèbres de aurélien malecki
Articles précédent : 😎  🙂

les beaux esprits se rencontrent toujours. citation Esprits

les beaux esprits se rencontrent toujours. citation Esprits
les beaux esprits se rencontrent toujours. citation Esprits
Les esprits légers sont comme les alouettes, tout ce qui brille les éblouit.
Les petits esprits ne voient dans les meilleures institutions que leurs abus, et dans les plus mauvaises que leurs avantages.
La première de ces dispositions fait les révolutions, la seconde les prolonge.
Le monde des esprits n’est qu’une partie de notre monde intérieur, le moi ne redoute que le moi.
La modestie dont la plupart des beaux esprits se parent paraît en eux une vertu si étrangère
qu’elle leur donne presque un ridicule de plus.
Les esprits faux sont d’un métal rigide et fragile, on les brise, on ne les redresse pas.
L’exagération est la rhétorique des esprits faibles et la logique des esprits faux.
Les esprits, connue les corps, se polissent par le frottement.
Les beaux esprits ressemblent aux frelons, ils font plus de bruit que de besogne.
Il n’y a pas de gens plus méprisables que les petits esprits, et les grands sans probité.
Les bons esprits sont ceux qui voient plus loin que les autres.
Les grands esprits sont comme les phares, plus ils sont isolés plus ils jettent de lumière.
Les esprits auxquels le jugement fait défaut sont comme du vin qui n’est pas bouché : ou ils s’aigrissent ou ils s’évaporent.
Il est des esprits étoffés et bigarrés à la façon d’un habit d’arlequin, où chacun peut trouver quelque chose de sa provenance.
Il est des esprits et des amitiés qu’on ne prolonge qu’en allongeant la table.
Certains esprits rappellent certains livres auxquels on ne fait attention que parce qu’ils sont dorés sur tranche.
Les esprits légers ne peuvent pénétrer dans la profondeur des choses, et restent à la surface, comme le liège.
Les esprits légers s’arrêtent aux superficies, sans pénétrer l’essence des choses.
Plus je côtoie des esprits creux, plus ils me sont antipathiques : c’est l’impuissance même.
Les esprits légers ne peuvent se donner ce peu qui suffit souvent pour paraître valoir beaucoup.
Tout embarrasse les simples d’esprits : leur vie se passe dans des irrésolutions continuelles.
Ce qui fait que les petits esprits paraissent presque toujours dominer les grands, c’est qu’ils portent la passion dans tout le menu détail de la vie. Il leur importe excessivement que les repas soient pris à telle heure, que les chaises soient rangées dans tel ordre, que le chat mange dans telle écuelle. Les autres, qui ne s’embarrassent point de ces misères et n’ont l’œil fixé qu’au grand but de la vie , laissent dire et faire ces sagesses affairées. De là l’opinion vulgaire qu’ils sont conduits.
Il est fatigant de vivre avec les petits esprits. Comme ils sont incapables d’embrasser l’ensemble des choses, ils ne sauraient donner à aucune sa proportion exacte. Ils chargent les plus minces événements d’un tel amas de commentaires, de considérations, de doléances et de conjectures, qu’on demeure empêché, haletant, et comme étouffé avec eux sous ce lourd bagage de ratiocinations superflues.
L’immense majorité des esprits est parasite. Combien peu d’intelligences tirent leur aliment de la substance même des choses et pompent librement, pour ainsi parler, les sucs primitifs ! Les autres s’attachent où elles peuvent et comme elles peuvent aux racines, aux tiges, aux rameaux, aux feuilles des premières, pour végéter à leurs dépens. Et, chose humiliante pour l’espèce humaine, inconnue aux règnes inférieurs, il se rencontre encore, en quantité assez considérable, des parasites de parasites.
L’observation a constaté l’existence d’un certain nombre d’animalcules qui naissent après le lever du soleil et meurent avant son déclin. Bien des esprits leur sont semblables, et, prenant les idées à leur milieu, ne soupçonnent jamais ni l’origine, ni la fin des choses.
Les esprits profonds pénètrent la nature des choses ; ils reconnaissent la rigueur des lois et lisent à la voûte splendide des cieux l’immuable arrêt qui pèse sur l’imbécillité humaine.
Les esprits légers flottent de surface en surface ; ils se laissent emporter au hasard de l’événement, entraîner par la mobilité des rapports et leurrer sans cesse par l’apparente nouveauté des phénomènes. Nul cependant n’est satisfait. Les uns gémissent de ne pouvoir rien changer : les autres, de ce que tout change dans le monde.
Les esprits sont divers, tous vont te juger : sois l’homme de ton cœur, et fais ce que tu dois faire.
Il y a des esprits spongieux qui prennent toutes les impressions qu’on leur présente.
À réformer des esprits faux, on perd sa peine et son courage.
II est certains esprits qui, par une sagacité peu commune, trouvent clair tout ce qui est obscur, et trouvent obscur tout ce qui est clair.
Les beaux esprits sont comme les roses : une seule fait plaisir, un grand nombre entête.
Les mauvais esprits gâtent la piété : mais l’impiété gâte les meilleurs esprits.
Trop de péchés mine les esprits.
La nature oublie de saler beaucoup d’esprits, il en est d’autres qu’elle sale trop.
Club politique : Société ouverte d’esprits relativement fermés.
Il est certains esprits dont les sombres pensées sont d’un nuage épais toujours embarrassées.
Les esprits forts sont, en fait de religion, ce que sont les beaux esprits en fait de littérature.
C’est une chose ordinaire aux esprits communs de se contenter de pousser le temps avec l’épaule.
Les esprits dont la mission est de détruire les préjugés sont ceux qui ont le plus de préjugés.
Les esprits qui s’irritent par les offenses se peuvent adoucir par les services.
Ce sont des esprits malingres et inquiets qui doutent toujours d’eux-mêmes.
Il n’est que trop d’esprits lâches et corrompus qui font plier la loi sous le joug de l’usage.
L’ambition de dominer sur les esprits est une des plus fortes passions.
La solitude est l’élément des grands esprits.
Les grands esprits ont toujours rencontré l’opposition violente des esprits médiocres.
Pour bien louer et pour être loué, de tous esprits tu dois être alloué.
La conversation des esprits supérieurs est inintelligible aux esprits médiocres.
Le soupçon entre dans les esprits défiants, et la suspicion dans le conseil des juges.
Il y a de deux sortes d’esprits, l’un géométrique, et l’autre que l’on peut appeler de finesse.
L’aube éveille les esprits comme les oiseaux.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :